Le paludarium pour grenouilles, crapauds, salamandres et tritons

Un paludarium à amphibiens est destiné à l'élevage de grenouilles ou crapauds, et tritons ou salamandres, pour les animaux les plus communs disponibles dans le commerce. Le choix de ces batraciens se porte généralement vers de petits vertébrés, des espèces de taille modeste, et d'origine plus ou moins tropicale. Les plus jolis de ces amphibiens sont certainement les minuscules Dendrobates, des grenouilles très colorées originaires d'Amérique du Sud, mais ce ne sont pas les plus faciles de maintenance... D'autres amphibiens, adaptés à la vie en captivité dans des espaces ou volumes restreints, sont disponibles à partir d'autres continents : des grenouilles de Madagascar, des crapauds d'Asie, ou encore des apparentés aux salamandres de diverses zones géographiques. Notons toutefois que les animaux européens sont tous (ou presque) protégés par la loi de toute capture : l'abstention pour ces animaux de nos climats tempérés est de mise, surtout que leur survie en paludarium est quasiment impossible ! A contrario, le paludarium n'est pas adpaté à la plupart des reptiles qui demandent plutôt un climat sec : les reptiles préfèrent les terrariums.
Une grenouille dendrobate en paludarium Un paludarium peut accueillir des grenouilles dendrobates.

Il faut bien distinguer les amphibiens de paludarium, qui demandent un environnement chaud et humide, des quelques espèces strictement aquatiques comme le Pipa pipa dont la maintenance se fait en aquarium sans nécessiter de partie terrestre et/ou aérienne. Dans tous les cas, il est utile de rappeler que les amphibiens ont la particularité de se reproduire exclusivement dans l'eau dans leur milieu naturel originel. La présence d'une partie aquatique est ainsi impérative et indispensable pour leur élevage. Selon le type d'animal élevé et maintenu, l'importance de la zone aquatique ou terrestre diffère : chaque espèce a ses spécificités. Cela implique de connaître préalablement le mode de vie de l'animal, et cela interdit tout achat compulsif. Alors qu'un achat coup de coeur est encore possible en aquariophilie (par exemple), parce que les poissons sont assez adaptables vis-à-vis de leurs biotope et environnement, le paludarium pour amphibiens, en raison d'un mode de vie inféodé à un écosystème bien déterminé, sans qu'il soit envisageable de changer les facteurs environnementaux pour l'animal, est destiné à la maintenance d'une seule espèce en général. Le manque de compatibilité entre différentes espèces d'amphibiens (et pire, entre groupes différents) interdit généralement la cohabitation de plusieurs espèces : le paludarium à amphibiens est monospécifique pour le plus souvent.

De toute façon, le choix est suffisamment vaste entre les urodèles, anoures, etc., trouvés dans le commerce, pour trouver son bonheur et l'espèce rêvée. Ainsi, une règle initiale est : le paludarium est conçu pour une espèce (ou genre), et pas une autre ! Vouloir faire vivre un urodèle dans un environnement d'anoure condamne de facto l'animal... Certaines grenouilles comme les Dendrobates imposent la culture de certaines plantes, des broméliacées tropicales habituellement. Sans broméliacée, ces grenouilles ne se reproduiront jamais ! Et même leur survie peut dépendre de la présence d'espèces de plantes bien précises. Il n'y a donc aucune place pour l'approximation avec les amphibiens, leur tolérance à des modifications comportementales est faible, très faible.

Outre les répartition et composition des espaces aquatiques et terrestres (incluant l'aérien), outre la culture parfois obligatoire de certains végétaux, les amphibiens ont aussi fréquemment un régime alimentaire précis. Là encore, une connaissance « scientifique » de l'espèce de grenouille ou salamandre (et leurs proches) est imposée à l'amateur de paludarium. Le régime alimentaire de certaines espèces est tellement particulier qu'aucune dérogation à un menu connu n'est tolérée.

L'ensemble des exigences de maintenance et élevage d'amphibiens en paludarium peut paraître rébarbatif ainsi présenté, mais en définitive, tous ces impératifs simplifient l'aménagement du paludarium puisque tout est dicté par l'espèce souhaité : il n'y a plus de tergiversations et d'interrogations sur le « comment faire ». Ainsi, reportez-vous au guide des espèces aquatiques (et amphibies) sur AquaPortail pour déterminer l'environnement de l'espèce choisie : chaque cas est différent, tant pour la faune que pour la flore.